PROCHAINES ACTIVITES DE FORMATION PAR SEACOP ET SAISIES A DAKAR

D’octobre à décembre 2019, SEACOP organisera trois sessions de formation à Dakar au bénéfice des douaniers, policiers et gendarmes affectés aux JMCU de Dakar (Sénégal), Cotonou (Bénin) et Lomé (Togo). Ces formations auront pour objectif de renforcer les capacités des JMCU dans la lutte contre la criminalité transnationale organisée et le trafic illicite opéré par voie maritime.

Du 20 au 25 octobre, une première formation sera consacrée à la fouille des navires, suivie d’une seconde formation dédiée au ciblage et au contrôle des conteneurs maritimes du 18 au 22 novembre. Finalement, du 9 au 13 décembre, aura lieu une troisième formation sur le recueil et l’analyse de renseignement en milieu portuaire. En 2020, différentes actions de mentorat viendront consolider l’expertise acquise durant ces trois formations.

En plus des activités de formation, les équipes de SEACOP ont obtenu d’excellents résultats au cours de l’été 2019. Le 26 juin, 238 kilos de cocaïne ont été découverts dans cinq véhicules neufs dans le port de Dakar, en provenance du port de Santos au Brésil. Le 28 juin, les agents de la JMCU de Dakar ont procédé au contrôle d’un navire RORO (Roll-on/roll-off) également en provenance du Brésil. Les agents ont saisi 798 kilos de cocaïne dissimulés dans quinze véhicules. Enfin, le 14 août, quatre kilos de cocaïne, vraisemblablement abandonnée dans le port par les trafiquants à l’issue de la première saisie, ont été découverts. Au total, c’est plus d’une tonne de cocaïne qui a été saisie dans le port de Dakar.

Avec les 1.800 kilos de cocaïne interceptés le 2 septembre en Guinée Bissau et les 2.256 kilos saisis le 3 août au Cap Vert, ces saisies confirment la place de l’Afrique occidentale comme « zone de rebond » de la cocaïne sud-américaine à destination de l’Europe.

SEACOP vise à développer les capacités et à renforcer la coopération contre le trafic maritime de drogue. Le projet vise à accroître les ressources au sein des ports grâce à la mise en œuvre des JMCU dans certains pays d’Afrique occidentale, d’Amérique latine et des Caraïbes le long de la route de la cocaïne transatlantique. SEACOP développe les capacités, fournit des équipements et des outils informatiques.