Actualité – Semaine du 18 février

Le procès de l’affaire impliquant le trafic de 680 kilos de cocaïne entre la République Dominicaine et la France a bord d’un jet privé s’est ouvert le 18 février à Aix-en-Provence. Saisies en 2013 a l’aéroport de Punta Cana, les drogues s’apprêtaient à rejoindre la France via les Açores. Selon les enquêteurs, une des personnes à la tête de cette opération aurait des liens avec des cartels mexicains.

Le Secrétaire Général de la Présidence du Brésil a été démis de ses fonctions le 19 février, sous soupçon de détournement de fonds. Liée à un scandale de candidatures fantômes du parti politique au pouvoir, cette affaire met le président brésilien à l’épreuve.

Au Tchad, la Haute Autorité des Médias et de l’Audiovisuel (HAMA) a rappelé aux médias nationaux l’importance du traitement équilibré de l’information à la suite de propos critiques concernant l’intervention des armées française et tchadienne au début du mois.

Une vingtaine de personnes ont été arrêtées au Brésil dans le cadre d’une vaste opération entreprise il y a deux ans pour démanteler un réseau de narcotrafiquants entre l’Amérique latine, l’Europe et les Etats Unis. L’opération a également permis la saisie de 47 avions qui auraient transporté en deux ans un total de plus de 9 tonnes de cocaïne.

Une délégation composée de plusieurs agences des Nations Unies a visité ce jeudi le Burkina Faso pour parler des défis sécuritaires qui inquiètent l’opposition dans la perspective des élections présidentielles et législatives prévues pour 2020.

La rencontre Régionale d’Enquête et d’Analyse de Cas sur le Crime Pharmaceutique en Afrique de l’Ouest s’est tenue le 21 février à Bamako en regroupant des représentants des bureaux locaux d’INTERPOL et des services de lutte contre le crime pharmaceutique des pays de la région. A cette l’occasion, un accent particulier a été mis sur la nécessité de lutter contre cette criminalité qui affecte de façon exponentielle la santé publique de la région.

Nicolas Maduro a réclamé la fermeture de la frontière entre le Venezuela et le Brésil lors d’une convocation du haut-commandement militaire. En outre, il a annoncé qu’il fermerait la frontière avec la Colombie, tenant le pays coupable de provoquer le Venezuela en collaborant avec Juan Guaido et les Etats Unis.