Actualités – Semaine du 14 août

  • Les forces armées brésiliennes ont mené une vaste opération contre le crime organisé à Rio de Janeiro. L’opération s’est déroulée dans les favelas de Niteroi, dans la banlieue de Rio. Une opération similaire a eu lieu dix jours auparavant, mobilisant plus de 5000 militaires et officiers de police au nord-ouest de Rio.
  • Le désarmement des FARC en Colombie s’est officiellement achevé, mettant un point final au conflit armé colombien. Le président Juan Manuel Santos a confirmé la remise des dernières armes depuis l’accord de paix signé en novembre dernier qui prévoit la représentation des ex-guérilleros en parti politique.
  • Entre 600 et 700 fragments d’os humains ont été découverts près de Tijuana, dans le nord du Mexique. Il s’agirait de l’œuvre de cartels de drogue qui se livrent à des activités criminelles d’envergure dans la région.
  • Alvaro Lopez-Nuñez, frère d’un haut responsable du cartel de drogue Sinaloa, a été arrêté aux Etats-Unis dans la ville de Nogales, à la frontière avec le Mexique. Son arrestation fait suite à celle de son neveu Damaso Lopez Serrano qui s’était rendu aux autorités américaines fin juillet.
  • INTERPOL a saisi plus d’1.5 million de tonnes de déchets illégaux au cours d’une opération au niveau mondial impliquant 43 pays. La majorité des déchets retrouvés étaient liés à l’industrie automobile, exportés illégalement vers l’Asie et l’Afrique depuis l’Europe et les Etats-Unis.
  • Les banques implantées en Uruguay ont annoncé qu’elles souhaitaient clore les comptes des pharmacies favorables à la vente de cannabis, légale dans le pays depuis la mi-juillet, par crainte de sanctions internationales si l’argent était issu du trafic de drogue ou du blanchiment de capitaux. Cette menace pourrait mettre en péril la loi sur la légalisation du cannabis en Uruguay.
  • La Tunisie va lancer la construction d’un « mur » électronique afin de renforcer la sécurité intérieure contre le terrorisme. Un système électronique de surveillance va être installé, tout d’abord au niveau des passages de Ras Jedir et Dhehiba, afin de renforcer la frontière tuniso-libyenne contre la menace terroriste et le crime organisé.